Interview : Mike Richman, journaliste et insider des Trail Blazers pour évoquer l’intersaison 2019

L’actualité NBA étant à son plus bas en ce mois d’août, Blazers France vous propose depuis quelques semaines des numéros hors-séries afin de vous faire patienter avant la reprise. Aujourd’hui, c’est un papier légèrement différent où je vous propose une interview d’une personne proche de la franchise, afin de vous remercier de votre soutien et de votre fidélité tout au long de l’année. 

 

À quelques semaines du training camp, nous voulions aborder l’intersaison et la future saison des Blazers avec un oeil expert. Pour se faire, nous avons donc discuté avec Mike Richman, insider des Trail Blazers depuis 5 ans et travaillant pour le média américain NBC Sports.

 

Blazers France : Bonjour Mike. Premièrement, merci de donner de ton temps pour répondre à nos questions. Pour commencer, peux-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas. En quoi consiste ton travail d’insider de la franchise des Trail Blazers ?

 

Mike Richman : Bonjour. Je suis Mike Richman et je suis reporter pour NBC Northwest à Portland. Je couvre les Blazers depuis 5 saisons maintenant.

 

B.F : Faisons un léger retour en arrière sur la saison écoulée. La saison dernière fut formidable pour les fans des Blazers avec un scénario incroyable. Durant l’année, beaucoup de joueurs de l’équipe parlaient de l’impact qu’a pu avoir le sweep contre New Orleans en 2018. Personnellement, as-tu ressenti un changement, dans le jeu ou d’un point de vue mental ?

 

M.R : Damian Lillard me disait en février qu’il pensait que perdre à New Orleans serait finalement bien pour l’équipe. Il disait : «  Je crois vraiment que parfois, il faut traverser des moments difficiles ». Je n’ai pas vraiment compris ce qu’il disait à ce moment là, mais clairement il y croyait et l’équipe a franchi le premier tour avec confiance.

 

B.F : Pour une fois, l’été fut chargé dans l’Oregon. La manière d’appréhender les mouvements des Blazers sont très différents selon les spécialistes. Quel est ton avis général sur l’intersaison des Blazers ?

 

M.R : J’étais vraiment surpris que les Blazers soient aussi actifs qu’ils l’ont été. Tout a commencé avec Rodney Hood qui accepte de revenir pour la taxe de la mid-level exception. Sa décision de prendre un contrat qui était probablement moindre que ce à quoi il pouvait prétendre sur le marché a tout changé pour les Blazers. Ça a permis secrètement de laisser partir Al-Farouq Aminu et d’aller agressivement sur Hassan Whiteside quand ils avaient toujours besoin d’un pivot titulaire.

 

B.F : Cet été, Damian Lillard et CJ McCollum étaient éligibles à une extension de contrat. L’organisation n’a pas hésité à leur donner ces extensions. Qu’est-ce que ces signatures peuvent dire à propos de la franchise en elle-même ?

 

M.R : Les re-signatures de Dame et CJ sont une bonne nouvelle pour tout le monde. C’est bien pour les joueurs parce qu’ils ont accepté un énorme contrat avant que leur contrat actuel expire. Et c’est une bonne chose pour l’équipe parce qu’ils ne peuvent probablement pas signer des gars comme Damian et CJ à la free-agency. Ils ne sont pas ce type de destination. Garder tes meilleurs joueurs, et All-NBA et proche du niveau All-Star dans leur prime est énorme pour une équipe comme ça. Plus que cela, ça montre la loyauté des deux côtés. Dame et CJ veulent sans hésitation être à Portland et les Blazers veulent garder leurs meilleurs joueurs le plus vite possible.

 

B.F : Avec beaucoup de changements dans le roster, penses-tu que les Blazers ont résolu une partie de leurs problèmes existentiels comme la défense intérieure, le secteur des ailes ou le rebond ?

 

M.R : Je ne suis pas sur que les Blazers sont meilleurs qu’ils ne l’étaient l’an dernier. Ils seront peut-être les mêmes, ce qui est une bonne chose pour commencer car ils étaient très bon l’an dernier. Mais aucun de ces mouvements ne semblent répondre à ces grandes questions. Je pense qu’ils sont moins bons en défense et qu’ils ont sacrifié un peu de leur longueur sur le périmètre en faveur d’une meilleure adresse extérieure sur les ailes. Nous allons voir comment ça va fonctionner mais à part si Whiteside se transforme en une sorte de Rudy Gobert, je pense que les Blazers vont être une équipe défensive en dessous de la moyenne qui comptera sur l’attaque pour gagner des matchs. Ça peut être une bonne formule pour eux mais probablement pas une formule pour gagner le titre.

 

B.F : Avec la blessure de Nurkic et plusieurs joueurs signaient pour une année (sans parler des différentes options), penses-tu que c’est une année de transition ? Surtout quand on sait que les Blazers auront plus de place dans leur cap space l’an prochain.

 

M.R : Je pense que l’équipe sera encore différente la saison prochaine. Ils ont pris beaucoup de gars sur des contrats courts et si les choses se passent bien, ces gars là vont vouloir partir pour être mieux payer ailleurs. Les Blazers auront du cap space pour ajouter des pièces, mais pour ta question, il pourrait s’agir de nouvelles pièces. Ça sera peut-être une courte version des Trail Blazers.

 

B.F : Je suppose que l’arrivée de nouveaux joueurs dans l’équipe est quelque chose d’excitant pour tous les journalistes. Parmi les nouveaux Blazers, es-tu curieux de couvrir quelqu’un en particulier ? Et en général, quelles sont tes relations avec les joueurs dans le vestiaire ?

 

M.R : J’ai une très bonne relation avec Dame. Il est très abordable et toujours extrêmement généreux avec le temps qu’il donne. C’est vraiment quelque chose de spécial que je dois me rappeler de temps en temps. Pas toutes les superstars traitent les médias de la façon dont il le fait. Mais j’ai des relations proches avec tous les gars restants. C’est l’un des défis d’un nouveau groupe, apprendre à connaître les nouveaux joueurs et gagner leur confiance. Ça peut prendre du temps. Je suis excité de couvrir Kent Bazemore, Mario Hezonja et Pau Gasol. Et je suis très curieux comment va être Hassan Whiteside. Je l’ai vu donné certaines interviews intéressantes mais j’ai aussi entendu qu’il pouvait avoir une mauvaise attitude par moment. Cela sera intéressant de voir comment il est quand on apprendra à se connaître.

 

B.F : Souvent, on nous parle du rythme difficile de la NBA pour les joueurs avec 82 matchs, de nombreux backs-to-backs et toutes ces choses. Mais, est-ce que c’est aussi difficile pour les personnes qui suivent l’équipe au quotidien ? Que peux-tu nous dire à ce propos ?

 

M.R : Je ne pense pas que les journalistes doivent se plaindre à propos des voyages ou du travail exigeant ou n’importe quelle chose. C’est sur, c’est une longue saison mais nous sommes payés pour regarder du basket. C’est super et si tu veux de plaindre à propos du boulot, il y a d’autres jobs ailleurs.

 

B.F : Pour finir, as-tu un mot pour les fans français ? Éventuellement, tu peux nous dire où on peut trouver ton travail au quotidien.

 

M.R : Je pense que c’est vraiment cool qu’il y ait un groupe de fan français en France. C’est fou de penser que les choses que j’écris sont lus par des gens à travers le monde entier. Tu penses que Portland est une si petite ville mais la communauté des Blazers est plus large que ça. J’apprécie n’importe qui, n’importe ou qui suit mon travail. En parlant de mon travail, vous pouvez lire mes travaux sur le site de NBC Sports NorthWest (https://www.nbcsports.com/northwest/ ) et vous pouvez écouter mon podcast sur Locked on Blazers (partout où tu peux avoir accès à un podcast, tu pourras le trouver).

 

Une nouvelle fois, un grand merci à Mike Richman pour avoir pris le temps de répondre à nos questions !

 

(Crédit Photo : ScreenShot / Youtube The Oregonian)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *