Playoffs Finale de Conférence – Game 3 : Apathiques en seconde période, les Blazers tombent à nouveau

Dans la ferveur de Rip City, Portland avait l’occasion de réagir et de relancer la série. Le game précédent faisait figure d’espoir tant les Blazers avaient tenu la dragée haute aux Warriors. Ce samedi soir, la chute fut une nouvelle fois rude.

Portland Trail Blazers – Golden State Warriors (99-110)

5 BLAZERS : Lillard – McCollum – Harkless – Aminu – Leonard

5 WARRIORS : Curry – Thompson – Iguodala – Green – Jones

 

Les entraîneurs de chaque équipe réservait une toute surprise à l’annonce des deux 5 majeurs. Meyers Leonard faisait son apparition dans celui des Blazers, tandis que Damian Jones prenait place chez les Warriors. Ce dernier ne figurait pas longtemps sur le terrain puisqu’il sortait au bout de 3 petites minutes, pour 3 fautes. Porté par leur public, Portland était agressif à souhait et se retrouvait rapidement dans le bonus. Le coup de poker de Terry Stotts portait ces fruits. Meyers Leonard était survolté, plantant à 3pts et faisant même preuve de toucher. Le duo Collins/Kanter fonctionnait parfaitement en relais du titulaire surprise du soir à l’image d’un rebond offensif gratté par Collins qui glissait le ballon à Enes Kanter lancé. Sur un tir longue-distance de Seth Curry, les Blazers distançaient Golden State de 17 points. Au buzzer de la mi-temps, Draymond Green sanctionnait un repli défensif douteux des Blazers. Une sorte de mirage pour ce qui allait se passer par la suite.

 

Le supplément d’énergie qui semblait animer les Blazers en début de rencontre avait soudainement disparu. Les coéquipiers de Damian Lillard étaient méconnaissables. Lors du Game 2, Golden State avait fait un effort impressionnant pour revenir, une débauche d’énergie qu’il avait failli payer en 4e quart-temps. Sauf que cette fois, les Blazers abdiquaient, certainement épuisés de leurs joutes précédentes. Draymond Green poussait l’attaque des Warriors à son maximum et Stephen Curry inscrivait de gros tirs. Même le louper de Jordan Bell ne pouvait enrayer la remontée des Warriors, tant les Blazers étaient incapables de réagir. Dans le 4e quart-temps, CJ McCollum loupait 2 lancers-francs consécutifs, signe d’une absence inexplicable de l’ensemble de l’effectif de Portland. Ce lundi soir, les Blazers tenteront d’éviter le sweep, afin de ne pas entacher une saison jusque là grandiose.

 

POINTS POSITIFS :

  • La titularisation de Meyers Leonard (16pts, record en carrière en playoffs)
  • Bonne agressivité vers le cercle en MT1

POINTS NÉGATIFS :

  • L’absence en seconde période (33 inscrits seulement)
  • Lillard et McCollum pas au rendez-vous

 

Le MVP de la rencontre : Draymond Green
Trail Blazers face the Golden State Warriors in the Western Conference Finals on May 18, 2019. Bruce Ely / Trail Blazers

 

Stats : 20 points (6/12 au tir), 13 rebonds, 12 passes, 1 contre et 4 interceptions en 38 minutes de jeu

On répète souvent que Draymond Green est le coeur, les poumons et l’âme de cette équipe des Warriors. C’est un fait bien réel. En l’absence de Kevin Durant, l’ailier-fort retrouve un rôle prépondérant dans le collectif des Warriors. Poussant l’attaque chaque fois qu’il en a l’opportunité, il insuffle une énergie communicative à ses partenaires. Ses instincts défensifs étouffent la moindre velléité offensive des Blazers. Son impact ne se voit pas autant que les tirs clinquants de son meneur mais il est tout aussi précieux que ce dernier. Ses encouragements envers Jordan Bell en sont l’exemple parfait. Steve Kerr lui décernait le titre de MVP en fin de match. Malgré mon attrait pour les Blazers, je ne pouvais qu’imiter le coach des Dubs.

 

L’action du match : The Hammer Time and The Fail Time

L’inspiration me manquait grandement à l’issue d’un Game 3 déprimant pour la fan base des Trail Blazers. C’est donc une double action que j’ai choisi de commenter malgré le fait que chacune reflète l’exact opposé de l’issue finale du match. Si Meyers Leonard est parvenu à écrabouiller sa spéciale, un hammer en pleine course, les Blazers ne sont pas imposés pour autant. Et si Jordan Bell a réalisé une action Shaqtin, son équipe a pourtant souri à la fin. Comme quoi, les moments d’un match pris isolément ne sont pas forcément de la réalité d’une rencontre.

 

 

 

(Source Image : TrailBlazers.com / Bruce Ely)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *