Playoffs Finale de Conférence – Game 4 : Portland n’a pu empêcher le sweep de Warriors intolérants

Envieux de prolonger l’épopée dans la Baie d’Oakland, les Blazers n’ont malheureusement rien pu faire face à des Warriors intransigeants. Désireux de se trouver au repos le plus tôt possible, Golden State a arraché la prolongation avant de sweeper Portland au finish.

 

Portland Trail Blazers – Golden State Warriors (117-119 OT)

5 BLAZERS : Lillard – McCollum – Harkless – Aminu – Leonard

5 WARRIORS : Curry – Thompson – McKinnie – Green – Bell

 

Le nouveau changement dans le 5 majeur des Warriors n’entravaient pas un début de match euphorique. Les équipes inscrivaient leurs 6 premiers tirs du match. La réussite se poursuivait par la suite davantage du aux errements défensifs plutôt qu’à des prouesses offensives. Titulaire surprise du Game 3, Meyers Leonard surfait sur sa bonne forme et terminait le 1er quart-temps avec 14 points. Golden State déroulait son jeu offensif à l’image d’un alley-oop entre Green et Bogut. Essayant à tout pris d’éviter le sweep, Portland se battait et faisait même le spectacle avec à son tour, un alley-oop entre Turner et Hood cette fois. Le surprenant Meyers Leonard continuait d’étonner tout son monde avec un improbable step-back à 3pts mais Stephen Curry venait refroidir les ardeurs du Moda Center avec un shoot lointain dont il a le secret.

 

Contrairement au Game 2 et 3, les Blazers prenaient le large dans ce fameux 3e quart-temps, si traumatisant dans cette série. Alors que Portland pensait avoir fait le plus dur en obtenant le plus gros écart du match sur un tir du parking de CJ McCollum (83-72 POR), Golden State s’activait et réduisait cette marge dans les 2 dernières minutes du 3e quart-temps avec un run de 9-0 (95-87 POR). Sans son back-court, Portland tenait bon grâce à Zach Collins qui tenait la baraque avec un and-one et un tir à 3pts dans le corner. Malheureusement, le laxisme des Blazers dans leur propre moitié de terrain coutait très chère et les Warriors égalisait à 4 minutes de la fin sur un nouveau lay-up de Stephen Curry. Portland croyait à nouveau tenir ce match sur un dunk en transition de Meyers Leonard mais Thompson marquait un tir du parking malgré deux défenseurs sur lui. Damian Lillard avait une première balle de match mais ratait son floater de peu. Lors d’une prolongation tendue où les deux équipes peinaient à marquer, Draymond Green donnait 4 points d’avance aux Warriors grâce à son seul et unique tir à 3pts réussi du match. Le joueur attitré au buzzer-beater, Damian Lillard, obtenait bien deux chances supplémentaires d’accroître sa légende mais n’y parvenait pas. La fin de saison des Blazers s’achevait donc sur un sweep, comme l’an passé, mais cette élimination avait une saveur bien différente.

 

 

POINTS POSITIFS :

  • Meyers Leonard en mode Hakeem Olajuwon
  • Le banc qui a su apporté
  • Damian Lillard davantage en réussite avec du jeu sans-ballon

POINTS NÉGATIFS :

  • Encore un avantage de points gâché
  • Une défense laxiste et des oublis permanents
Le MVP de la rencontre : Meyers Leonard
Trail Blazers face the Golden State Warriors in the Western Conference Finals on May 20, 2019. Bruce Ely / Trail Blazers

 

Stats : 30 points (12/16 au tir), 12 rebonds, 3 passes, 1 interception et 1 contre en 40 minutes de jeu

La prestation de Meyers Leonard lors du match 3 avait été bluffante. Ce lundi, elle a été fracassante. Celui qui se fait appeler The Hammer enchaînait ses habituelles tirs derrière l’arc mais se retrouvait même contrai,t et forcé de prendre des tirs à mi-distance. Il s’est approprié cette liberté octroyée par les Warriors et en a fait bon usage. Avant même la mi-temps, Meyers Leonard comptabilisait 25 points, soit son record en carrière largement explosé. Son apport diminuait considérablement par la suite mais l’important n’était pas la. Hué ou adulé par les fans selon ses bas et ses hauts, Meyers Leonard reste un des anciens de cette équipe. Son professionnalisme et sa générosité sont salués de tous. L’enfant de Virginie a vécu bien des galères ces dernières années. Cette fin de série heureuse d’un point de vue individuel est un bel accomplissement pour notre joueur aux célébrations fantasques.

 

L’action du match : Lillard aura au moins mis un Warrior à terre

Titulaire surprise du soir, Alfonzo McKinnie a eu un très bel apport et a donné raison à son coach, Steve Kerr. Sa première titularisation en playoffs aurait pu s’apparenter à la perfection sans un toruble-fête, Damian Lillard. Sur un dribble dans le dos de Dame Dolla, l’arrière se prend les pieds dans un tapis invisible et ne peut que s’écrouler au sol. Le mal était fait. Profitant de l’absence de toute opposition, Damian Lillard s’en donnait à coeur joie pour artiller de loin. Le meneur a certainement dû évacué une partie de sa frustration sur ce cross salvateur après une fin de post-season compliquée.

 

 

(Source Image : TrailBlazers.com / Bruce Ely)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *