Playoffs 1er tour – Game 4 : Les Blazers prennent une sérieuse option

Oklahoma City Thunder – Portland Trail Blazers (98-111)

 

5 BLAZERS : Lillard -McCollum – Harkless – Aminu – Kanter

5 THUNDER : Westbrook – Ferguson – George – Grant – Adams

 

Plus on avance dans une série de playoffs, plus les esprits s’échauffent. Sous pression, Oklahoma City laissait éclater sa frustration dés les premières minutes. Westbrook et Donovan recevaient chacun une technique après avoir montré leur mécontentement au corps arbitral. Cette première mi-temps nous offrait une bien pâle partie de basket. Les deux équipes accumulaient les pertes de balles et les choix douteux en attaque. Soudain, l’adresse à 3pts du Thunder faisait surface et leur permettait de prendre le large. Mais les Blazers terminaient bien la mi-temps et finissaient même devant au tableau d’affichage grâce à deux bombes du parking signées Damian Lillard et Al-Faruq-Aminu. Lors du match précédent, Dame avait pris feu en 3e quart pour inscrire 25 pts dans la période. Ce dimanche soir, le meneur récidivait en scorant 15 points dont 3 tirs à 3pts quasiment à l’enfilade. Le Thunder ne savait plus où donner de la tête et perdait des ballons bêtement comme sur cette interception de Lillard conclue par un dunk. Malgré tout, Portland se mettait des bâtons dans les roues en gâchant sa fin de 3e quart-temps et voyait OKC être à l’affut (79-68). De manière surprenante, Zach Collins et Al-Faruq Aminu guidaient les Blazers vers la bonne voie. Incisif et autoritaire, le sophomore effectuait un passage déterminant, entre protection d’arceau et agression du cercle. Pendant ce temps, Chief enfilait son costume préféré, celui du tueur silencieux en signant un 4/9 à 3pts salvateur. CJ McCollum se prêtait même à une action cocasse : contrant Paul George en situation de 1 vs 2 et terminant l’action lui-même par un tir derrière l’arc en transition. Seuls les roles-players d’OKC semblaient en vouloir et maintenaient leur équipe sous assistance respiratoire. Portland ne tremblait pas et sécurisait l’affaire sur la ligne des lancers-francs.

 

POINTS POSITIFS :

  • Le back-court en osmose (51 points à eux deux)
  • Le duo Aminu/Harkless omniprésent des deux côtés du terrain
  • Zach Collins revanchard et agressif
  • Propreté sur la ligne des LFs (22/23)

 

POINTS NÉGATIFS :

  • Curry et Hood ne trouvent pas de positions de tirs
  • L’attaque en 1re mi-temps

 

Le MVP de la rencontre : Al-Faruq Aminu
Trail Blazers face the Oklahoma City Thunder in the first round of the playoffs on April 21, 2019. Bruce Ely / Trail Blazers

Stats : 19 points (7/16 au tir), 10 rebonds, 1 interception et 1 contre en 30 minutes de jeu

Le choix facile aurait pu se porter sur Lillard ou McCollum. Mais tapis dans l’ombre, Al-Faruq Aminu réalisait une performance de premier choix, camouflé par un back-court attirant toute la lumière sur lui. Avec son travail de sape, Aminu est le régulateur du jeu des Blazers. Quand il va, tout va ou presque pour Portland. La nuit dernière, Chief était au four et au moulin. Sa présence habituelle au rebond, sa défense de tous les instants sur tout les joueurs qui se présentent à lui et une réussite au shoot qui a fait basculer la balance du bon côté pour les Blazers. Convertissant 4 de ses 9 tentatives du soir à 3pts, le Nigérian sanctionnait l’agglutinement des joueurs d’OKC dans la raquette, délaissant les corners. Sa discipline et son sens du devoir sont souvent occultés dans les victoires de Portland. Ce titre du MVP de ce Game 4 lui revenait donc de droit.

 

L’action du match : le coup de chaud de Lillard en 3e quart-temps

Effacé lors du 1er acte, Damian Lillard est un diesel qui adore s’allumer lors de la 2e période. Habitué des shoots clutchs en fin de match, Dame s’est fait une spécialité de prendre chaud dans les 3e quarts-temps cette année. Inarrêtable au Game 3, Damian Lillard a remis le couvert pour ce match 4. Un léger brasier de quelques minutes où Dame Dolla enchaîna 3 tirs lointains pour permettre à Portland de prendre ses aises. Le meneur permettait à son équipe de faire la différence et ses coéquipiers se chargeront de plier l’affaire dans le 4e quart-temps. Si Damian Lillard peut traverser une période creuse, elle ne dure jamais durant l’intégralité d’une rencontre. Une aspect non négligeable pour Portland, si dépendant de son franchise player.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *