Saison 2018/2019 – Épisode 1 : Quand Nik Stauskas gâchait la première de Lebron James

Tout au long de la saison 2018/2019, le chemin des Trail Blazers a été jalonné de victoires, de succès, d’accomplissements mais également de défaites, de revers et d’embûches. Pour patienter jusqu’à la reprise, je vous propose de revenir chaque semaine sur un fait majeur afin de se remémorer les moments qui ont constitué la saison de Portland. Aujourd’hui, retour sur le match d’ouverture et le coup de chaud de Nik Stauskas face aux Lakers d’un certain Lebron James.

 

Les premiers matchs d’une saison sont toujours des moments particuliers. On retrouve notre première amour après de longs mois d’absences qui peuvent sembler interminables. C’est l’occasion de pouvoir contempler des équipes dont le visage a pu être remodelé à l’intersaison. Pour cette première de la saison au Moda Center, le contexte de la rencontre était un peu plus particulier que sur les autres terrains de la NBA. Quelques jours auparavant, le propriétaire des Trail Blazers, Paul Allen succombait des suites d’une longue maladie. À la tête de la franchise depuis plus de 20ans, Allen était un personnage emblématique de l’univers de la NBA et du sport en général. Pour la première fois, le siège de Paul Allen allait donc être vide pour un match de son équipe, sa présence étant seulement matérialisée par une rose et une casquette à la mention  » Rip City « .

 

(Crédit photo : PortlandTrailBlazers.com / Bruce Ely)

 

Le match débutait sur les chapeaux de roues. Lebron James et Damian Lillard se répondait successivement à coup de gros dunks en transition. Pour sa première apparition sous le maillot des Blazers, Nik Stauskas n’allait pas tarder à faire parler de lui. Le sniper décochait une première flèche longue-distance avec un poil de réussite. Une efficacité qui allait le poursuivre tout au long de cette soirée. Deux premiers tirs du parking en guise d’échauffement pour conclure le premier quart-temps avant de faire étalage de tout son talent offensif dans le début de second quart, lui l’ancien 8e choix de la draft 2014. Un drive conclue main gauche et un tir à mi-distance en sortie d’écran suffisait définitivement à provoquer un excès de confiance chez Stauskas. Il était atteint dés lors de la fièvre du shooteur, une sorte d’état second qui allait placer le joueur dans une euphorie démentielle. Son shoot à plus de 10 mètres pour conclure une première mi-temps remarquable illustrait à merveille la souveraineté de Nik Stauskas malgré la présence d’un autre roi sur le parquet du Moda Center.

 

Au retour des vestiaires, le joueur au visage de gendre idéal perdait quelque peu de sa superbe. Les Lakers avait compris qu’il était désormais nécessaire de serrer d’un peu plus près l’ancien shooteur de l’université de Michigan. Il en profitait alors pour se faire complètement adopter de ses nouveaux coéquipiers en distribuant quelques caviars, respectivement à Zach Collins et CJ McCollum. Un dernier tir du parking pour la route en milieu de 4e quart histoire de frôler avec la barre des 25 points sans pouvoir l’atteindre toutefois. Pour son baptême du feu, Nik Stauskas a eu les honneurs de terminer la rencontre. Il fut l’un des principaux artisans de cette entrée en lice victorieuse des Blazers dans cette exercice 2018/2019 en compagnie de Damian Lillard, auteur de 28 points et 4 passes. Malheureusement, l’idylle de Stauskas dans la cité des roses n’allait être qu’éphémère.

 

Inconsistant, ne pouvant faire preuve de régularité soir après soir, Nik Stauskas a peu à peu vu son temps de jeu décroître au fil de la saison. Finalement tradé aux Cavs en compagnie de Wade Baldwin IV pour permettre à Portland de récupérer Rodney Hood, Nik Stauskas ne réussissait pas son pari de relancer une carrière au point mort depuis sa draft. Ce soir-là, son coup d’éclat inattendue lançait une saison qui allait s’avérer être historique pour les Blazers.

 

 

(Crédit photo : PortlandTrailBlazers.com / Bruce Ely)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *