Saison 2018/2019 – Épisode 2 : Damian Lillard comme chez lui en Floride

Tout au long de la saison 2018/2019, le chemin des Trail Blazers a été jalonné de victoires, de succès, d’accomplissements mais également de défaites, de revers et d’embûches. Pour patienter jusqu’à la reprise, je vous propose de revenir chaque semaine sur un fait majeur afin de se remémorer les moments qui ont constitué la saison de Portland. Aujourd’hui, retour sur un road-trip record pour Damian Lillard.

 

A l’aurée de la saison, le sweep face aux Pelicans quelques mois auparavant était encore dans toutes les têtes. Voulant surfer sur sa stabilité (voulue ou non), Portland avait bien l’intention de commencer l’exercice 2018/2019 tambour battant. Après des débuts convaincants sans être époustouflants avec deux victoires et une défaite à domicile, les Blazers s’engageait dans un premier road-trip à l’Est. Une sorte de test afin de pouvoir jauger de l’état de forme de l’équipe qui voyage avec difficulté depuis quelques années. Au sortir d’une défaite frustrante contre Washington (125-124 OT), Damian Lillard et sa bande se rendaient en Floride pour y affronter coup sur coup les deux équipes du coin. Comme face aux Wizards, Portland balbutiait son basket à l’image de sa star, auteur d’une première mi-temps plus que discrète (7 points à 2/8 au tir).

 

L’une des rhétoriques du sport de haut niveau se base sur le fait qu’une rencontre peut se jouer à des détails, même les plus infimes. Au moment de regagner les vestiaires de l’Amway Center, on pouvait apercevoir Dame apostropher quelqu’un dans les tribunes. Sur le coup, personne ne comprenait vraiment ce qu’il se passait (je m’inclus dedans). Ce n’est qu’après quelques secondes en seconde période et surtout à la fin du match, que nos esprits allaient s’éclaircir. Damian Lillard réalisait peut-être l’une de ses meilleures mi-temps en carrière à l’extérieur. Plus incisif et tranchant, Lillard sortait de sa torpeur et se lâchait complètement. Face à un Magic en rodage avec son nouveau coach Steve Clifford, il n’en fallait pas plus pour qu’Orlando fléchisse le pas. Le meneur terminait la rencontre avec 41 points, 7 rebonds et 6 passes. Dans l’après-match, Damian Lillard confiait qu’il s’était fait prendre à parti par un supporter du Magic auquel il répondait ceci : «  Nous allons voir ». On a vu et surtout compris une chose : ne jamais provoquer Damian Lillard.

 

Boostée par cette première victoire à l’extérieur, les hommes de Terry Stotts comptaient bien réitérer pareil performance face au voisin de South Beach. Pourtant, les Blazers débutaient à nouveau la partie en tâtonnant. Rigoureuse et organisé à l’image de son entraîneur Erik Spoelstra, l’équipe de Miami ne laissait pas à Portland le soin de rentrer tranquillement dans son match. Porté par son numéro 0, la squad de Rip City allait petit à petit remonter au score. Les Blazers prenaient même les devants à quelques minutes de la fin mais c’était sans compter sur un Heat de Miami accrocheur. Pour sa dernière danse, Dwyane Wade faisait valoir ses beaux restes avec 19 points et permettait à Miami de s’imposer au bout du suspense. Dépassant une nouvelle fois la barre des 40 points, Damian Lillard établissait un nouveau record de franchise en réalisant un 18e match à plus de 40 points, devant l’illustre Clyde Drexler.

 

Malgré cette défaite, l’essentiel était ailleurs pour les Blazers. Habitué à une enflammade post All-Star Weekend, Damian Lillard décidait cette saison de placer le curseur très  haut dés son commencement. Pour le plus grand bonheur de Rip City.

 

 

 

(Crédit Photo : PortlandTrailBlazers.com / Bruce Ely)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *