Saison 2018/2019 – Épisode 3 : Seth Curry se lâchait enfin face aux Raptors

Tout au long de la saison 2018/2019, le chemin des Trail Blazers a été jalonné de victoires, de succès, d’accomplissements mais également de défaites, de revers et d’embûches. Pour patienter jusqu’à la reprise, je vous propose de revenir chaque semaine sur un fait majeur afin de se remémorer les moments qui ont constitué la saison de Portland. Aujourd’hui, retour sur le match qui a permis à Seth Curry de lancer sa saison dans l’Oregon.

 

Vous devez très certainement vous interroger sur la raison qui me pousse à parler d’un vulgaire match de saison régulière face aux Raptors au beau milieu du mois de décembre. D’autant plus pour parler d’un joueur qui n’a marqué que.. 13 points. Treize, ça parait peu dit comme cela. Ça semble même carrément futile tant la NBA ne fait qu’avancer et réduire un peu plus en bouillon les chiffres précédents. Sauf que ce soir-là, pour Seth Curry, ses 13 points valaient tout autant qu’un match à 50 points. J’exagère à peine tant la saison du nouveau venu peinait à démarrer. De retour après une absence d’un an pour soigner une blessure au tibia, Seth Curry était venu dans l’Oregon pour tenter de relancer sa carrière. Mais ses premières apparitions laissait l’impression d’un enfant timoré sur le parquet, tel un rookie qui n’ose pas prendre d’initiatives lors de ses premières minutes en NBA. L’intéressé n’avait que très peu le ballon du fait de la configuration du système de Terry Stotts mais n’en faisait pas le moindre usage ou presque lorsque la gonfle venait enfin à lui. Il shootait peu (malgré un pourcentage de réussite plus qu’honorable), ne prenait que très rarement l’initiative d’un pick-and-roll et semblait même se cacher sur le terrain. Ce match face à Toronto va changer la donne et permettre à Seth Curry de se lâcher, enfin.

 

 

 

La partie ne semblait pas prendre cette tournure, tout du moins en première mi-temps. Seth Curry n’inscrivait qu’un seul tir à 3pts. Il s’était surtout fait remarquer pour sa connexion avec Zach Collins puisque Seth le servait à deux reprises sur pick-and-roll. Le sophomore n’avait plus qu’à finir les deux mains dans le panier à chaque fois. S Dot refaisait son apparition en toute fin de 3e quart. Le show Curry allait démarrer au commencement de la dernière période. Pris d’un élan d’initiative, Seth tentait quelque chose qu’il n’avait quasiment jamais fait auparavant ; un tir en sortie de dribble derrière la ligne à 3pts. Une première ficelle qui en appelait bien d’autres. Quelques secondes plus tard, Seth Curry récidivait à la suite d’un service de Nik Stauskas. Quelque chose avait changé dans son esprit. Seth n’hésitait plus. Il avait d’ores et déjà compris ce qui était en train de se passer. Désormais habité par une confiance qui l’avait fui, le cadet de la fratrie Curry laissait s’exprimer son jeu à son plein potentiel. Il nous surprenait en ajoutant deux nouveaux paniers, l’un sur un floater soyeux, l’autre sur un tir à mi-distance en sortie de dribble. Malgré ses 24 points à 8/10 au tir, Damian Lillard n’était pas la star du soir. Le public, ses coéquipiers et les médias ne s’y trompaient pas, l’homme de la rencontre était bel et bien Seth Curry. Depuis ce jour, le shooteur n’était plus le même pour la reste de la saison. Il finira l’exercice parmi le top 3 des tireurs à 3pts au pourcentage et se hissera en finale de Conférence avec les Trail Blazers pour une lutte fraternelle avec Steph, son aîné. En une seule année, Seth Curry est parvenu à devenir un chouchou à Rip City. Jolie performance pour un joueur non-drafté.

 

(Crédit Photo : PortlandTrailBlazers.com / Bruce Ely)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *