Suivez-nous sur

Dossiers

[Analyse Tactique] Le small-ball en attaque

Avec l’absence de Nurkic, les Blazers pourraient utiliser davantage cette stratégie.

Tableau tactique de basket-ball. © Freepik

Introduction : À raison de deux dimanches par mois, nous vous proposons une chronique tactique. Le but est de mieux comprendre les systèmes et tactiques mis en place les Blazers.

Un style de jeu

Le small-ball est un style de jeu qui privilégie l’agilité et la vitesse au détriment de la taille et de la puissance. Le coach choisissant de jouer ainsi, sacrifie la maîtrise du jeu intérieur en alignant des joueurs mobiles et techniques plutôt qu’un pivot dominant. Souvent ces joueurs ont une meilleure capacité à tirer et marquer à longue distance. Cela permet de créer encore plus de spacing (occupation de l’espace de jeu) sur le terrain.

L’un des premiers coachs a instauré ce small-ball est Don Nelson avec les Golden State Warriors à la fin des années 1980, ce fameux run-TMC. La formation des Warriors alignait trois extérieurs (Richmond, Hardaway, Marčiulionis) et deux ailiers (Mullin, Higgins).

Vidéo de la NBA sur ce fameux Run-TMC’s.

Le small-ball est porté sur l‘attaque et le scoring mais présente tout de fois des inconvénients. L’adversaire a un net avantage des deux côtés du terrain dans la raquette, de part la taille et la puissance, prenant ainsi bien plus de rebonds par exemple.

Une solution à l’avenir pour les Blazers ?

Avec la blessure de Nurkic, Terry Stotts et les Blazers vont devoir repenser leur défense. Avec Enes Kanter pivot titulaire, Portland perd en qualité défensive, car ce dernier est bien plus un joueur offensif que défensif. Une des solutions que pourrait mettre en place le coach est cette fameuse line-up (composition de l’équipe) small ball.

D’ailleurs, depuis le début de saison, nous avons vu des séquences jouées par un cinq de petite taille par les Blazers. Avec des formations comme :

  • Lillard – McCollum – Trent Jr – Anthony – Covington
  • Lillard – McCollum -Jones Jr – Anthony – Covington
  • Lillard – Trent Jr – Hood – Anthony – Covington

Voyons maintenant ce que cela apporte sur le terrain du côté de l’attaque dans un premier temps.

Du spacing et des trois-points

Comme expliqué ci-dessus, le small-ball permet de créer du spacing. Cela génère de l’espace pour le porteur de balle. Il peut jouer son un-contre-un et attaquer le cercle sans qu’un pivot le bloque dans la raquette. Et s’il se retrouve gêné, il a de nombreuses solutions pour ressortir le ballon, de préférence sur un joueur ouvert qui sanctionnera à trois-points.

Drive de Damian Lillard qui ressort sur Carmelo Anthony pour un trois points.

Sur ce play, on voit Carmelo Anthony réaliser un pick-and-pop (le poseur d’écran s’écarte ensuite sur le périmètre) avec Damian Lillard. Cet écran permet à Lillard de se retrouver face à Eric Paschall grâce au switch (changement), qui est moins mobile que le meneur. D’ailleurs Oubre Jr reste pour fermer l’axe central à Damian, qui est obligé d’attaquer sur sa main faible, mais il laisse ainsi Carmelo sans surveillance surtout qu’il lui tourne complètement le dos. Il n’a donc plus aucun repère d’où se trouve son joueur.

Draymond Green vient ensuite en aide et lâche complètement Robert Covington. Stephen Curry se retrouve ainsi seul sur le côté faible (côté opposé au ballon, aussi appelé weak side) et doit défendre sur trois joueurs (Anthony, Covington, Simons). Covington en profite pour couper et ainsi donner une solution de passe à son meneur pour terminer près du cercle. À ce moment précis, Carmelo se retrouve ainsi tout seul, avec plus de quatre mètres de distance d’un autre joueur ! Lillard lit bien le jeu, lui transmet le ballon, Stephen Curry sprint pour réaliser la rotation défensive mais il est déjà trop tard, panier !

Lillard joue Wiggins, ressort sur Anfernee Simons qui sanctionne à trois-point.

Ci-dessus, on se retrouve dans une situation similaire. Damian Lillard balle en main face à Andrew Wiggins. Derrick Jones Jr. va se placer poste bas mid-corner coté faible. Le meneur se retrouve seul face à son opposant avec un quart de terrain complet pour jouer son un-contre-un. Il attaque l’axe central, obligeant Wanamaker à venir en aide pour fermer l’accès au cercle, ainsi il laisse Jones Jr.. Mais Mychal Mulder fait son travail en effectuant sa rotation défensive pour défendre sur DJ. Dans ce cas, Kelly Oubre Jr lui oublie de faire sa rotation sur Anfernee Simons, qui se retrouve seul. Il reçoit le ballon, Oubre Jr arrive trop tard, panier.

Lillard inscrit un trois point face à Mychal Mulder.

Encore une situation de départ similaire à la précédente, avec un quart de terrain pour que Lillard joue son un-contre-un. Il se retrouve face à Mychal Murder qui par l’orientation de ses appuis et de ses épaules veut l’envoyer vers le corner/ligne de fond et lui fermer l’axe central. Lillard n’a pas assez d’espace pour tirer dans cette position, réalisant une feinte de départ direct à droite, il oblige son opposant à reculer son pied gauche, change l’orientation de son corps et créé ainsi assez d’espace pour que la star des Blazers puissent armer et tirer sans être véritablement gêné. Panier !

Pick de Carmelo Anthony pour Damian Lillard pour un shoot à trois points réussi.

Sur cette action, lors de la récente confrontation avec Toronto, sans pivot de métier sur le terrain pour effectuer un écran, c’est Carmelo Anthony qui monte faire un pick pour Damian Lillard sur OG Anunoby. Cela surprend Kyle Lowry qui met du temps à réagir et se retrouve donc en retard sur l’action pour aider son coéquipier. Ce qui permet à Lillard de prendre un trois points en rythme en sortie de pick sans défenseur. Panier.

Pick & roll de Derrick Jones Jr avec CJ McCollum pour un panier facile.

Derrick Jones Jr vient porter un écran sur OG Anunoby pour démarquer CJ McCollum. Chris Boucher vient aider Anunoby qui est pris dans l’écran, tout en abandonnant la raquette, pour gêner CJ. Boucher et Anunoby ont l’air d’avoir mal communiqué car ce dernier revient sur McCollum sans que le pivot ne redescende. Cela permet à Derrick Jones Jr. de roller (descendre vers le cercle) et de se retrouver avec assez d’espace pendant un instant, pour que McCollum lui transmette le ballon. Le dunkeur fou des Blazers a alors face à lui une raquette sans pivot, avec seulement le meneur adversaire, Kyle Lowry, venu en aide. L’ailier peut finir au cercle sans problème. Panier.

Des mismatchs favorables

Le small-ball peut permettre de se retrouver dans des positions favorables en fonction de la défense adverse. Avec un ailier de grande taille qui peut se retrouver face à un meneur/arrière bien plus petit qu’eux.

Carmelo Anthony face à Fred VanVleet au post-up.

Dans ce play, Carmelo Anthony se retrouve face à Fred VanVleet suite à un switch avec OG Anunoby sur un pick pour Damian Lillard. Melo se retrouve ainsi face à un match-up favorable (il est plus grand et plus costaud que FVV) surtout sur un post-up (position dos au panier à quelques mètres du cercle), position qu’affectionne Anthony. VanVleet essaye de gêner tant bien que mal Anthony sur cette position, mais Carmelo réalise un pull-up jumper par dessus son défenseur, panier.

De nombreuses solutions de tirs en fin de période

Une line-up de petite taille composés de shooteurs permet également à une équipe d’avoir de nombreuses solutions de tirs en fin de match ou en fin de période. Obligeant la défense adverse à faire un choix de ne pas venir en aide, de faire des prises à deux mais alors dans ce cas, de laisser un tireur fiable seul, etc.

Damian Lillard inscrit un trois points en fin de match en sortie de temps-mort.

Sur cette vidéo, Portland sort d’un temps-mort et joue avec ce cinq :

Lillard – McCollum – Trent Jr – Anthony – Covington

Ils ont besoin d’un shoot, de préférence à trois-points pour revenir au score face aux Bulls alors qu’il ne reste que huit secondes à jouer. Les tireurs se regroupent, Carmelo Anthony pose un écran sur Garrett Temple, qui défend sur Damian Lillard. Cela libère Lillard de quelques mètres pour courir à l’opposé, Coby White lâche complètement Gary Trent Jr, qui se retrouve corner opposé tout seul, pour défendre sur Lillard. Le franchise-player, en pleine confiance et avec assez d’espace, tir et inscrit ce shoot à trois-points. Robert Covington, réalisant la remise en jeu, aurait tout aussi bien pu faire une feinte de passe sur Lillard et l’envoyer sur Gary Trent Jr qui était tout seul.

Bonne circulation de balle des Blazers pour un shoot ouvert de CJ McCollum.

Sur cette dernière séquence, avec 7,7 secondes à jouer, Damian Lillard remonte rapidement le ballon en passant De’Aaron Fox qui le presse tout terrain. Lillard attaque donc le cercle pour focaliser la défense, ce qui oblige Harrison Barnes à venir en aide dans la raquette en laissant Gary Trent Jr dans le corner. Le meneur de jeu, avec sa lecture, lui transmet le ballon. Cory Joseph réalise une bonne rotation défensive mais lâche CJ McCollum. L’arrière reçoit le ballon d’une bonne extra-pass de GTJ et profite de la mauvaise rotation de Fox pour se retrouver dans un fauteuil, et sanctionner à trois-points.

Laissez-nous un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Twitter

Instagram

Écoutez le Rip’Cast