Suivez-nous sur

News

Game 4 – Memphis Grizzlies: Grit&Grind à RipCity

La fessée face aux Clippers deux jours plus tôt a beaucoup fait parler, et les fans s’attendaient à une réponse appropriée. Les hommes de Chauncey Billups les ont entendus, et ont fait honneur à leur coach.

CJ McCollum tient son début de saison de haut vol. Bruce Ely / Trail Blazers

Memphis Grizzlies – Portland Trail Blazers (116-96)

5 Blazers : Lillard – McCollum – Little – Covington – Nurkic

5 Grizzlies: Morant- Melton- Bane- Jackson Jr- Adams

Déroulé du match

L’état d’esprit du dernier match devait changer. Comme l’a affirmé Chauncey Billups en sortie de match, « il n’y avait aucune raison d’être fatigués ». Avec les Grizzlies en ville, la prochaine confrontation devait montrer un autre visage des Blazers. Et dès l’entame du match, on comprend d’office quelles ont été les directives dans le vestiaire. Limiter Ja Morant au maximum et verrouiller le secteur intérieur, quitte à laisser des ouvertures au large pour d’autres joueurs. Le pari était risqué, mais tombait sous le sens : Morant tournait à une quarantaine de points sur ce début de saison et les Grizzlies sont leaders au pourcentage de rebonds offensifs (21 rien que dans ce match).

La première partie du match est assez disputée, et avec une adresse aux abonnés absents dans les deux équipes, il résulte une première période pauvre en scoring et en spectacle. Damian Lillard n’est toujours pas dans son assiette, mais au moins il met les couverts. En effet, il tâtonne encore pour retrouver son adresse mais distribue excellement, 20 points 10 passes pour sa nuit. Jusuf Nurkic semble encore très brouillon et rate quelques layups pourtant faisables. Seul le banc parvient à insuffler une petite étincelle en Anfernee Simons, rendant une copie parfaite avec 17 points et 5/7 au large. Cahin-caha, les Blazers restent en embuscade sur des Grizzlies en réussite au large, avec 12 3-points inscrits en une mi-temps. Desmond Bane a la patte chaude (19 points, 7/12 au tir), et fait du boulot monstre pour pallier à son leader à la peine.

Au retour des vestiaires, le score est de 57-51 en faveur des oursons. Loin d’être fait de guimauve, ils ont donné du fil à retordre aux Blazers, mais ce n’était qu’une question de temps avant que le plan de Coach Billups ne paye. L’énergie est immédiatement différente, les Blazers réveillent un Moda Center quelque peu amorphe en quelques tirs lointains de Dame. Rapidement, l’écart se creuse, mais dans l’autre sens, avec un run de 18-3 pour Portland. Les Grizz patinent et leurs shoots ne rentrent plus aussi bien. Impossible pour eux de jouer des coudes à l’intérieur, l’accès est bloqué. De l’autre côté, si ce ne sont pas CJ McCollum et ses jumpers et drives venus d’ailleurs, ce sont les joueurs du banc qui martyrisent Memphis. Une grosse intensité défensive en Cody Zeller et Larry Nance Jr, pour un tandem d’energizers solides et malins à l’intérieur. Simons en shooteur/slasheur, et Dennis Smith Jr en facilitateur. La locomotive Blazers ne s’arrête plus, et prendra même le pas sur les titulaires, tellement le jeu y est fluide et percutant. 21 turnovers pour les Grizzlies, 11 interceptions pour les Blazers, Morant est étouffé et poussé à l’erreur (17pts), tandis que Jaren Jackson Jr ne trouve pas son shoot (3/23 au tir). Le garbage time viendra plus tôt qu’à l’accoutumée, et laissera 6 bonnes minutes de jeu pour faire briller la jeunesse. Score final de 116 à 96, les Blazers et leurs fans iront se coucher avec le sourire à nouveau.

Le MVP de la nuit : CJ McCollum

Stats : 25 points à 8/21 au tir dont 4/9 à 3pts, 6 rebonds, 2 assists, 2 interceptions et 1 contre en 32 minutes

Il y a encore beaucoup de déchets dans le match de CJ, mais tout laisse à penser qu’il est revenu de cet été le couteau entre les dents, sur des bases similaires à celles de l’an passée, celles qui lui prédisaient une place au All-Star Game. Impression générale décuplée lorsqu’on le voit assurer l’attaque aux côtés d’un Dame encore timide. Leader de la ligue au nombre de 3 points inscrits, il garde le cap avec des pourcentages ravissants, 49% au tir, 48% à 3pts et 90% aux lancers. Au four et au moulin, les 4 premiers matchs attestent même d’une bonne amélioration en défense pour CJ, chose absolument impensable quelques mois plus tôt.

Chiffre du match : 65-39

Le scoring des deux équipes en seconde période. C’est dire le revirement de situation qui a été opéré hier soir. Globalement dû au plan de jeu de Billups, les Blazers ont beaucoup joué en transition, et à l’image de ce début de saison, ils dominent maintenant la ligue en étant la 1ère pace de la NBA. Le résultat d’un effort constant et intelligent de joueurs à bon QI basket, tantôt capable de défendre le plomb, tant capable de faire circuler la balle pour trouver le meilleur tir possible.

Fait du match : Le dunk de Greg Brown

Avec un garbage time entamé à la moitié du dernier quart, les joueurs du banc ont pu s’exprimer sur le terrain à loisir, et au Moda Center, nombreux sont ceux qui n’attendent que ce moment pour voir le rookie Greg Brown en freak athlétique. Il n’auront pas été déçus, puisque lors d’une contre-attaque, Nassir Little effectue une passe à rebond en direction de Smith Jr, qui réoriente le ballon pour lancer Brown en alley-oop. Le dunk est rageur, tout autant que la clameur des fans pour cette action. En dehors des exploits Lillardesques, il y a bien longtemps que de telles phases de spectacle n’avait pas lieu de façon régulière. On en redemande !

Suite : Les Los Angeles Clippers le 30 octobre à 4h

La bande à Paul George débarque à Portland, quatre jours après un énorme blowout infligé aux Blazers sur leurs terres. La réaction face aux Grizzlies met du baume au cœur, mais maintenant que les plaies sont soignées, il faut retourner se venger. Grosse rencontre attendue, en espérant de meilleures prestations de Dame et les retours de Norman Powell et Tony Snell.

Laissez-nous un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Twitter

Instagram

Écoutez le Rip’Cast