Suivez-nous sur

Dossiers

Norman Powell, un pistolero de plus dans l’Oregon

L’ancien arrière des Raptors vient renforcer Portland dans son push de fin de saison.

Norman Powell sous son ancien maillot avec les Toronto Raptors. © Cole Burston

Les Trail Blazers ont réalisé un mouvement le jeudi 25 mars à la date limite des transferts avec l’ajout de Norman Powell, ancien Raptor. Afin d’acquérir l’ancienne vedette de l’université de UCLA, Portland a envoyé l’arrière prometteur Gary Trent Jr et Rodney Hood à Toronto.

Alors que les émotions sont retombées, voici un aperçu du jeu de Powell et de ce qu’il pourrait apporter à la rotation des Blazers.

Un pistolero longue-distance

Norman Powell est devenu cette saison l’un des tireurs à trois-points les plus efficaces de la NBA. Il l’a fait en canalisant ses tentatives vers des zones propices à l’analyse. Selon la dernière mise à jour de Cleaning The Glass, Norman Powell a tenté 255 trois-points. Sur ces 255 tirs longue-distances, 92 de ces tentatives ont eu lieu dans le corner. Dans cette zone favorable à l’efficacité, Powell convertit 53 % de ces trois points, le plaçant au 92 ème percentile des arrières (l’un des joueurs à la meilleure adresse).

Lorsque les adversaires perdent la trace de l’ancien Raptor, il convertit les tirs ouverts de loin avec un solide taux de 52,8 % de réussite. À titre de comparaison, Trent Jr a affiché un taux de 42,1 % en catch-and-shoot et un taux de réussite de 47,4 % en étant ouvert.

Combiné au small-ball

Indépendamment de sa modeste taille (1,91m) mais une envergure intéressante (2,08m), Powell a régulièrement alterné des minutes en tant qu’arrière ou ailier lors de ses saisons à Toronto. Cette saison, selon Basketball Reference, il a joué environ 44 % de ses minutes en tant qu’ailier.

Ce niveau de polyvalence est remarquable, mais il est également accompagné d’une étiquette d’avertissement. Cette saison représente largement la plus grande partie du temps que Powell a passé en tant qu’ailier. Il a affiché son plus bas ratio défensif plus/minus en carrière avec -0,6. Tandis que l’année dernière, dans une saison où il n’a joué que 13 % de son temps en tant qu’ailier, il a affiché son record en carrière de +0,8.

L’envergure et l’expérience de Powell en tant qu’ailier pourraient s’avérer utiles à Terry Stotts, surtout si ce dernier souhaite jouer small-ball ou l’aligner avec Lillard et McCollum. Mais les Blazers pourraient faire face aux mêmes problèmes une fois en playoffs.

Et de la polyvalence

En dehors de son travail à longue distance, Powell a prouvé qu’il pouvait générer des points dans des endroits difficiles en allant sur la ligne des lancers-francs. Selon Cleaning the Glass, le pourcentage de fautes sur les tirs de Powell le classe dans le 76 ème percentile de son groupe de position. Ce pourcentage pour Damian Lillard est quasi identique, les deux joueurs se situant dans le 76 ème percentile.

En ce qui concerne le volume et la précision, Powell enregistre en moyenne 3,9 tentatives de lancers-francs par rencontre, son record en carrière. Une fois qu’il est sur la ligne, il convertit 86,5 % de ses tentatives, également son record en carrière. Le mois dernier, Powell a terminé quatre matchs avec au moins cinq tirs de la ligne des lancers-francs.

Sous la ligne à trois-points, Powell se classe dans la moitié inférieure à son poste pour les tentatives à mi-distance, il prend peu de tirs dans cette zone. Au lieu de cela, l’attaque de Powell est principalement axée sur les tirs à trois-points et l’attaque du cercle. Cette saison, il a converti 63 % de ses tentatives en dessous du cercle, le plaçant dans le 52 ème percentile à son poste. Un joueur rudement efficace donc et conforme à ce qu’on demande à un arrière-ailier aujourd’hui : tirer de loin et aller au cercle.

Place à l’observation

Powell est sous contrat jusqu’à la saison 2021-2022, mais la dernière année est une player-option. On ne sait pas si Powell tentera le marché des transferts cet été ou attendra potentiellement l’été suivant. Mais avec la saison qu’il réalise, il peut prétendre à un bien meilleur salaire (PO à 11,6 millions).

Après une blessure malheureuse au tendon d’Achille, les Blazers avaient resigné Rodney Hood. Ce dernier n’a cependant pas réussi à revenir à son niveau qui était le sien en début de saison dernière. Il n’est pas clair et presque impossible de savoir, si les Blazers et Powell ont discuté officieusement par rapport à son avenir avant la finalisation de l’échange. Quoi qu’il en soit, il est maintenant clair que Portland ne voulait pas participer à la restricted free agency pour Gary Trent Jr cet été.

Pour la saison régulière, l’ajout de Powell devrait ajouter une option triple-menace offensive. Nous ne serions pas choqué de voir les Blazers jouer avec Lillard-McCollum et Powell ensemble sur le terrain, même si ce trio aurait des grosses limitations en termes de défense.

Record en carrière pour Norman Powell avec 43 points.

Advertisement

Twitter

Instagram

Écoutez le Rip’Cast