Suivez-nous sur

Dossiers

Robert Covington, en attente d’une progression

L’ailier des Blazers doit s’améliorer en attaque tout en faisant plus en défense.

Robert Covington en difficulté au tir face à Sabonis. © Bruce Ely / Trail Blazers

Une recrue phare

Lorsque les Portland Trail Blazers ont acquis Robert Covington lors de l’échange avec les Houston Rockets, c’était leur premier mouvement de l’intersaison. L’ailier est le profil exact de joueur dont les Blazers ont besoin depuis plusieurs saisons, offrant théoriquement une défense élite et un tir extérieur plus que solide avec un QI élevé des deux côtés du parquet. Ce sont des qualités que chaque équipe NBA recherchent sur les ailes.

Mais la théorie peut souvent être éloignée de la réalité, comme c’est le cas sur ce début de saison. Les résultats de Covington sont très mitigés, notamment du côté de l’attaque. Cette saison, sa moyenne de points par match est la plus basse depuis sa saison rookie, avec un pourcentage en dessous de ses standards habituels par rapport à son passé : 31,4 % de réussite sur le parquet, dont 30,1 % à longue distance. En plus de cela, il n’a pas résolu les problèmes défensifs des Blazers, car l’équipe se classe actuellement comme la 26ème défense de la ligue.

Bien évidemment, Covington n’allait pas résoudre tous les problèmes des Blazers, mais après un mois et demi de compétition, cela n’est certainement pas le début espéré pour le numéro 23. Alors, les fans devraient-ils s’inquiéter pour l’ailier, ou pourra-t-il redresser la barre ?

Offensivement en manque de réussite

Le domaine le plus inquiétant est l’attaque. Il a acquis une réputation de joueur de catch-and-shoot qui fait rarement les mauvais choix. Un tireur à 36 % de réussite à trois points de moyenne en carrière et qui s’est classé, à plusieurs reprises, comme l’un des joueurs ayant inscrit le plus de trois-points en catch-and-shoot sur la saison.

Cette saison, c’est tout simplement mauvais. La plupart des tirs de Covington sont des catch-and-shoot : 65,7 % de ses tentatives ont été enregistrées comme telles, mais il ne les réalisent pas à un rythme élevé, dû à une mauvaise passe, manque de rythme ? Il n’est qu’à 30,3 % de réussite sur ces trois points et un peu moins de 30 % sur toutes ses tentatives de catch-and-shoot.

Quand vous avez un joueur aussi talentueux que Damian Lillard, il attire naturellement les défenseurs par sa simple présence sur le parquet. Quiconque a regardé les Blazers, a vu des équipes réaliser des prises à deux sur demi-terrain sur Lillard, il est donc essentiel d’avoir des joueurs qui peuvent constamment sanctionner à trois-points lorsqu’ils sont ouverts. Si Covington et les autres ne rentrent pas ces tirs ouverts, alors nous sommes de nouveau dans une situation Aminu-Harkless. Les équipes vont volontiers envoyer toute leur défense sur Lillard & McCollum en playoffs si Roco continue de louper autant.

Robert Covington à la présentation lors de son premier match officiel avec les Blazers. © Bruce Ely / Trail Blazers
Robert Covington à la présentation lors de son premier match officiel avec les Blazers. © Bruce Ely / Trail Blazers

Le problème n’est pas seulement que Covington a du mal à longue distance, mais il est en souffrance depuis chaque zone de tir. Bien sûr, il shoote presque exclusivement à partir des trois-points, mais il ne profite pas de ces occasions de près quand elles se présentent. Il n’a converti que 32 % de ses tentatives à trois mètres du panier ou moins.

L’un des avantages de cet ancien non-drafté est qu’il est un joueur peu utilisé qui tout au long de sa carrière, a su tirer le meilleur des quelques situations qu’il obtient au cours d’un match. S’il ne le fait pas, il n’est plus un joueur efficace à faible utilisation, il va devenir un non-facteur. L’ailier doit commencer à rentabiliser les trois points ouverts qu’il obtient.

Du positif dans la gestion

Puisque nous avons parlé de toutes les choses vraiment négatives avec Covington du côté offensif, parlons d’une bonne chose qu’il a faite : c’est-à-dire, d’être un excellent meneur de jeu réactionnaire. Covington prend rarement la mauvaise décision lorsque le ballon est entre ses mains. Il réalise en moyenne que 1.7 passes décisives par match, mais il est capable de réaliser des passes solides aux joueurs en mouvement.

Covington attaque l’intervalle pour attirer la défense, et donner un panier facile à Derrick Jones Jr.

C’est le genre d’actions qu’on aimerait voir davantage de Portland, même si apparemment pas grand monde ne peut lancer une passe lobée décente dans cette équipe. Pourtant, Covington fait un excellent travail pour envoyer cette balle pour contourner Marc Gasol et ainsi trouver Derrick Jones Jr. ouvert pour un dunk facile. Lorsque Portland a des gars qui coupent depuis la ligne de fond alors que le ballon est entre les mains d’un bon meneur de jeu, de bonnes choses se produisent généralement.

Défensivement, un potentiel encore exploitable

Interception de Covington qui remonte la balle, pour donner un panier facile à Damian Lillard.

Covington utilise non seulement ses mains rapides pour obtenir cette interception, mais il est assez à l’aise avec le ballon dans ses mains pour remonter le terrain puis initier l’attaque. C’est un énorme avantage, en particulier pour une équipe sans CJ McCollum, absent pendant au moins un mois, si Roco peut monter le ballon et mettre en place l’attaque.

Bonne défense des Blazers, qui amène un panier facile pour Derrick Jones Jr.

Voici un autre jeu qui suit la formule jeu défensif solide + Covington lisant le jeu pour Jones = panier facile pour Portland. Lorsque Covington est en mouvement, il est intelligent avec le ballon. Il a toujours été globalement négatif en attaque pour le moment, mais il s’agit d’une chose positive à retenir de son premier mois sous le maillot des Blazers.

Remarquez comment les deux derniers jeux de transition ont été lancés par la défense en tête de raquette. Bien que l’équipe n’ait pas excellente sur le plan défensif, l’ancien joueur des Sixers a fait à peu près ce qu’il fait toujours. Il est une aide extrêmement intelligente et un défenseur d’équipe qui se trouve presque toujours là où vous avez besoin de lui. Il y a une raison pour laquelle l’ailier s’est classé en tête de la ligue pour les déviations en 2017-2018 et qu’il a terminé à la seconde position de ce même classement l’an dernier. Cette saison, il est au jour d’aujourd’hui huitième au total des déviations et totalise en moyenne 1,2 interceptions par match, plus que n’importe quel Blazers la saison dernière.

Cette compilation couvre à peu près tout ce que le joueur de 30 ans réalise en défense. Il utilise ses mains rapides pour faire glisser le ballon des mains de ses adversaires, se met constamment devant les défenseurs pour protéger le cercle et constitue une menace globale au sol. Aucun joueur en dehors de Gary Trent Jr n’a évolué avec cette énergie défensive dans cette équipe l’année dernière et GTJ est plus limité par sa taille que ne l’est Covington.

La défense d’équipe était quelque chose dont cette équipe avait vraiment besoin, mais cela n’allait pas tout résoudre. Covington et Derrick Jones, Jr. sont certainement des améliorations défensives, mais ni l’un ni l’autre ne sont réellement de vrais défenseurs qui verrouillent leur opposant (comme Jrue Holiday ou Marcus Smart). C’est une excellente pièce complémentaire, mais pas le vaillant que chaque équipe désire. Comment Portland peut-il l’utiliser d’une manière qui renforcera la défense ?

Une défense à repenser

Une chose que les Blazers devraient envisager est de faire jouer davantage Covington pivot. Revenons à Houston avec leur small-ball, Covington est devenu légitimement à cette période l’un des meilleurs protecteurs de cercle de la ligue. Il avait en moyenne 2,2 contres par match en tant que pivot de 2m03 avec en plus 1.6 interceptions par rencontre. Ce sont d’excellents chiffres pour n’importe quel pivot et encore plus quand vous êtes plus petit en moyenne d’environ huit centimètres sur le poste.

Avec Jusuf Nurkic absent pendant au moins huit semaines, les options sont limitées au poste de pivot en défense. Enes Kanter n’a pas été terrible en jouant aux côtés d’autres solides défenseurs (malgré cinq contres contre les Hawks), mais il reste un mauvais défenseur dans l’ensemble. Harry Giles III est une présence très énergique, mais il lutte également défensivement pour contenir son joueur.

Mettre Covington pivot signifierait probablement une formation qui ressemble à Lillard-Trent-Hood-Jones-Covington. Avec McCollum et Nurkic absents, ce sont les cinq meilleurs joueurs de Portland en ce moment (en supposant que Hood puisse jouer comme il l’a fait contre San Antonio). Combiner ce cinq avec un nouveau rythme élevé auquel Portland semble à l’aise de jouer semble être la meilleure option pour les Blazers.

Peu importe ce que Terry Stotts essaie de faire, il est vital que Covington retrouve son tir et commence à contribuer davantage en attaque. La défense a été solide de sa part individuellement. Il a fait à peu près exactement ce dont il était capable ce mois dernier et son impact peut être encore plus grand si Terry Stotts exploite son potentiel à fond.

Mais ce qui a tué Portland chaque année en séries éliminatoires pour ce qui semble être une éternité, c’est de ne pas avoir quelqu’un sur l’aile assez compétent pour sanctionner à trois points. Les fans de Portland n’ont pas besoin de regarder une rediffusion pour se rappeler ce manque. Covington doit l’intensifier à cette fin. Il en va du succès des Blazers cette saison.

Laissez-nous un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Twitter

Instagram

Écoutez le Rip’Cast